Accueil

Deborah Puccio-Den

publié le

 

Deborah Puccio-Den


Chargée de recherche
Discipline : Anthropologie
Institution(s) de rattachement : CNRS


Champs de recherche

Genre, conflits politiques, Mafia, Antimafia, justice, religion, violence, écriture, responsabilité, procès, ontologie des groupes sociaux, économies morales, anthropologie, droit, interdisciplinarité

Coordonnées professionnelles

École des Hautes Études en Sciences Sociales
Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités
10, rue Monsieur Le Prince
75006 Paris

Deborah.Puccio-Den[at]ehess.fr

0033 (0)1 53 10 54 66

Après avoir exploré la relation entre fête et façonnages du genre et entre fête et construction du lien politique, Deborah Puccio-Den s’est efforcée de comprendre l’essor du mouvement Antimafia en Italie et le rapport, à première vue paradoxal, que cette mobilisation de gauche a établi avec l’univers religieux, en empruntant son langage, son iconographie et ses formes de valorisation et de légitimation (des pratiques cultuelles vouées aux magistrats assassinés à la béatification des « martyres de la justice »).

Actuellement, un volet de ses recherches analyse le rôle de l’institution judiciaire dans la stabilisation ontologique du collectif mafieux – lois et procès contribuant à fixer les contours du phénomène –, alors qu’un autre volet se concentre sur l’association mafieuse sicilienne Cosa nostra, en saisissant ses pratiques (meurtre, extorsion, administration du crime par l’écriture…) à travers des matériaux judiciaires et policiers, ainsi que par des entretiens conduits avec des mafieux « repentis ». Ce dernier terrain nourrit également une HDR (en préparation) sur l’articulation entre repentir mafieux et conversion religieuse.
Deborah Puccio-Den collabore également avec l’équipe "Anthropologie de la nuit" du LESC (Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative de l’université Paris Ouest Nanterre La Défense) et réécrit la biographie d’un magistrat antimafia à partir de ses activités nocturnes (notamment des pratiques artistiques), en explorant ainsi les thèmes du sujet et de la modernité du point de vue de la "nocturnité".

Depuis plusieurs années, Deborah Puccio-Den mène des travaux sur le thème de la responsabilité : d’abord dans une perspective interdisciplinaire, conduisant des opérations de recherche au sein de l’EHESS (notamment, les journées d’étude : « La responsabilité en justice. Actions et acteurs », en 2014, et « Action et responsabilité », en 2016) ; puis d’un point de vue plus proprement anthropologique, essayant de décrire le passage des « mafieux » de l’honneur à la responsabilité, à savoir d’un système normatif centré sur le groupe et à une nouvelle ontologie du sujet. Dans le prolongement de cette réflexion, elle prépare un HDR sur : « Responsabilité et déresponsabilisation : sujets, objets, collectifs ».

Parmi les dernières publications

2009, Les théâtres de « Maures et Chrétiens ». Conflits politiques et dispositifs de réconciliation (Espagne, Sicile. XVIIe-XXIe siècle), Turnhout, Éditions Brepols, coll. « Bibliothèque de l’Ecole des Hautes Etudes, Sciences Religieuses », 311 p.

2011, en collaboration avec Chrystel Bernat : « Religion, secret et autorité. Pratiques textuelles et cultuelles en clandestinité », Revue de l’Histoire des Religions, 228-2, Paris, Armand Colin, 326 p.

2012, traduction de l’italien et notes critiques de Le retour du Prince. Pouvoir et criminalité, de Roberto Scarpinato et Saverio Lodato, Lille, Éditions la Contre Allée.

2014, en collaboration avec Yazid Ben Hounet et Sandrine Lefranc, Justice, religion, réconciliation, Paris, L’Harmattan, coll. « Religions en questions », 195 p.

2015, en collaboration avec Vanessa Codaccioni et Violaine Roussel, « Des usages politiques de la forme procès », Droit et société, n° 89, Issy-Les-Moulineaux, LGDJ, 218 p.