Accueil

Bénéï Véronique

publié le

Traduction(s) : English Español

 

Véronique Bénéï

Docteur de l’EHESS

Habilitée à diriger des recherches

Directrice de recherche au CNRS

Contact
54 bd Raspail 75006 Paris

0033(0)149542198

vbenei@msh-paris.fr

Véronique Bénéï est anthropologue et directrice de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), et enseigne actuellement à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), Paris. Elle mène une grande part de ses activités au sein de l’Iinstitut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (IIAC)/Équipe du Laboratoire d’Anthropologie des Institutions et des Organisations Sociales (LAIOS), dont elle est membre statutaire.

Son parcours de recherche est jalonné par un intérêt soutenu à contribuer à une anthropologie politique multi-située, tant dans ses terrains et objets que ses institutions. Ayant réalisé son doctorat sur la question sociale de la dot en Inde en pleine montée du fascisme hindou, elle a été très tôt exposée à l’importance des objets politiques dans la « plus grande démocratie du monde ». Dans la décennie suivante, elle a ouvert plusieurs chantiers avec pour point d’ancrage le milieu scolaire et la production des savoirs, tout en portant des programmes de recherches, en enseignant et dirigeant des thèses (notamment à la London School of Economics et aux universités de Princeton et Yale). À partir de matériaux ethnographiques recueillis au fil de séjours réguliers sur le « terrain indien », elle a mené une réflexion théorique sur nationalisme, citoyenneté et laïcité, donnant lieu à organisation de colloques et séminaires, qui ont en particulier culminé dans un volume collectif publié chez Routledge en 2005.

Véronique a en outre développé une perspective historique sur les politiques éducatives et linguistiques dans les périodes coloniale et contemporaine où elle a déconstruit la figure de l’ « étranger » à partir d’une anthropologie de la langue, du corps et des émotions. En défrichant le terrain alors tout neuf des émotions dans le champ du politique en anthropologie, elle s’est notamment inspirée des notions d’incorporation et de « sensorium » (Benjamin) dans ses analyses sur la production de sentiments d’appartenance locale, régionale et nationale, mettant ainsi en lumière l’importance de la langue comme idéologie incarnée dans les processus éducatifs de construction d’une appartenance collective.

Son Habilitation à Diriger des Recherche a balisé le renouvellement de ses problématiques scientifiques et un redéploiement géographique en Amérique latine. À partir de ses travaux sur la formation d’attachements patriotiques et sur les processus de socialisation longue susceptibles d’alimenter les violences dites « communautaires » en Inde de l’ouest, elle a réinvesti la notion de violence comme modalité structurante de relations historiques, sociales, économiques et symboliques. Cette notion ouvre sur un champ comparatif particulièrement riche où des facteurs autres que confessionnels, d’appartenance ethnique et/ou linguistique, tels ceux de race et classe, peuvent jouer un rôle crucial dans la production de la violence. Conjointement à l’étude de la fabrique quotidienne d’un potentiel de violence, se faisait ainsi jour la nécessité d’en étudier les moments et processus.

Ici, Véronique privilégie une « anthropologie de la violence protéiforme », qui embrasse d’un même regard et met en relief les intersections entre différentes formes de violence qui se peuvent manifester dans un espace social-, culturel-, économique- et historiquement défini, et le structurer. Elle a ainsi ouvert quatre principaux chantiers en Colombie : 1) une anthropologie du « déplacement », de la migration forcée et de la « résilience » ; 2) une anthropologie historique de la mémoire sociale de l’esclavage, des processus d’oubli et de remémoration à l’oeuvre ; 3) une anthropologie économique des formes de privatisation et globalisation, liée aux résurgences et aux reconfigurations actuelles de formes de dépendance socio-économique ; et 4) une anthropologie épistémologique des discours et imaginaires de la violence en Colombie.

Dans le cadre de ces recherches, Véronique co-anime et dirige, avec des partenaires chiliens, un programme ECOS-SUD sur La construction nationale à l’épreuve de l’"étranger” : Incarnation/incorporation, reproduction et déconstruction des héritages et traumas historiques de la colonialité à l’échelle de l’État, l’individu et la nation (2018-2021).

Par un effet de retour, ces nouvelles perspectives de recherche sur un « terrain latino-américain » alimentent aussi son attachement aux objets de recherche construits et travaillés en Inde, notamment sur la question du rapport entre le politique et les émotions, cette fois à partir de la notion de bonheur (« happiness »), en pleine émergence dans le champ des sciences sociales et encore largement ignorée dans les études indiennes.

Par ailleurs, ses préoccupations de longue date pour les questions de transmission, cette fois au-delà du seul public universitaire, l’ont conduite ces dernières années à explorer des aspects de co-création et restitution sous de multiples formes et pour divers publics. Résultent notamment de cette exploration : une journée d’études internationale organisée en avril 2015, dans le cadre du séminaire « Art, Politique, Anthropologie » qu’elle anime à l’EHESS depuis maintenant quatre ans, un film, une anthropologie poético-politique ayant donné lieu à publication récente d’un livre en français, traduit en espagnol pour les presses universitaires du Magdalena (Colombie), un projet d’opéra historio-ethnographique et un docu-fiction, ainsi qu’un ouvrage collectif à paraître en 2018.

Enfin, Véronique Bénéï est aussi enseignante et facilitatrice certifiée de Movement Medicine, une modalité de méditation en mouvement à laquelle elle s’est formée depuis 2010. Elle en a introduit les outils dans sa pratique professionnelle et plus largement dans le milieu des sciences sociales depuis janvier 2016, tant dans son séminaire (cf. plus haut) que lors d’ateliers proposés à l’EHESS (par ex. Niveaux de perception sur le terrain, et Écriture des matériaux), ou encore dans le cadre de la supervision de ses doctorant-e-s.

Cette première introduction pratique d’une méthodologie telle que la Movement Medicine en milieu universitaire et l’exploration des bénéfices afférents l’ont conduite à ouvrir et développer un nouveau chantier, plaçant cette fois la modalité elle-même au cœur d’un programme de recherche pluridisciplinaire. En 2017, grâce à un financement de Soutien à la Mobilité Internationale émanant du CNRS, elle a développé les bases d’un programme en cours d’élaboration avec des partenaires britanniques, notamment au Goldsmiths College de Londres et dans les universités de Plymouth, Coventry, Hertfordshire et Roehampton, où sont menées des recherches de pointe en anthropologie de la danse, en psychologie sociale et cognitive et en neurosciences. En novembre 2017, elle a organisé à la Maison Française d’Oxford une journée d’études portant sur Movement and/in the Body : Anthropology, Experimental and Cognitive Psychology, and Neurosciences. Les discussions ont notamment porté sur les conditions de possibilité d’un projet de financement portant sur l’expérimentation de cette méthodologie en vue d’un mieux-être pour les patients atteints de maladies dégénératives (notamment Parkinson). Une première proposition de financement a été déposée auprès de la Fondation France Parkinson en février 2018 ; d’autres sont en cours d’élaboration.

Véronique est à ce titre associée à la Maison Française d’Oxford où elle s’investit dans les approches pluridisciplinaires qui y sont développées actuellement. Elle espère ainsi déployer des modes de collaboration locale dans le cadre de son projet en cours, notamment avec des chercheurs en mouvement, danse, psychologie comportementale et sciences cognitives.

Productions – Sélection

FILM :
2017. « Looking for Salomé » : Slavery Recalls. 28’. IIAC (CNRS-EHESS).

LIVRES, OPUSCULES & NUMERO SPECIAL :

Ouvrages :

À paraître 2018. Santa Marta Poética : Exploraciones etnográficas en el Caribe colombiano. Traduction à l’espagnol par l’auteure et introduction allongée. Santa Marta, Colombie, Presses Universitaires du Magdalena.

2016. Santa Marta Poetica ou Dire le politique autrement : Explorations ethnographiques en Caraïbe colombienne. Paris, L’Harmattan.

2009. Schooling India : Hindus, Muslims, and the Forging of Citizens. New Delhi : Permanent Black (édition indienne du titre de 2008, voir ci-après). 346p.

2008. Schooling Passions : Nation, History, and Language in contemporary western India. Stanford, Stanford University Press. 346p.

1996. La dot en Inde : un fléau social ? Socio-anthropologie du mariage au Maharashtra. Paris, Karthala/Institut Français de Pondichéry. 291p.

1995. To give or not to give… From brideprice to dowry in Maharashtra – Pune District. Pondy Papers in Social Sciences 19. Institut Français de Pondichéry. 73p.

Direction d’ouvrages :

À paraître 2018. Terrains, Engagements citoyens & Co-créations artistiques. Paris, L’Harmattan, Collection Inter-National.

2009. The everyday state and modern society in India, avec Chris Fuller. New Delhi, Social Science Press. (Édition révisée du titre de 2000/2001). 221p.

2005. Manufacturing citizenship : Education and nationalism in Europe, South Asia, and China. Londres/New York, Routledge. 268p.

2005. Remapping knowledge : The making of South Asian studies in India, Europe and America (19th-20thcenturies), avec Jackie Assayag. New Delhi, Three Essays. 135p.

2003/2004. At home in diaspora. South Asian scholars and the West, avec Jackie Assayag. New Delhi, Permanent Black / Bloomington, Indiana University Press. 207p.

2000/2001. The everyday state and modern society in India, avec Chris Fuller. Londres, Hurst & Co/ Delhi, Social Science Press. 221p.

2000. Intellectuels en diaspora et théories nomades, avec Jackie Assayag. L’Homme, numéro spécial, octobre, 156 : pp. 15-239.

1997. Industrial Decentralization and Urban Development : A Workshop on a Most/ Unesco Research Project, avec Loraine Kennedy. Pondy Papers in Social Sciences

Institut Français de Pondichéry. 165p.

Articles et chapitres de livres (en français, anglais et espagnol) :

Articles dans revues avec comité de lecture :

À paraître 2018, ‘Looking for Happiness in India : Intimacy, the Public Sphere, and Utilitarianism’.

À paraître 2018, « Ciudadanía, visibilidad y multiculturalismo con respecto a lo afro en Santa Marta, Caribe colombiano », Revista Ístmica, Costa Rica, 22.

2016. « Santa Marta Poetica : Aperçus d’ethnographie politique en Colombie », Toute La Lire n°2, pp. 35-68, Editions Terracol, Paris.

2014. ‘The corsair, the bishop, the governor and the runaways : Negotiating slavery in 18th c. Santa Marta, New Granada’. Nuevo Mundo-Mundos Nuevos, pp. 1-14, URL : http://nuevomundo.revues.org/66547.

2011. “Olvido y memoria en Santa Marta, Colombia : El punto ciego de la esclavitud”, Revista Clio América (Universidad del Magdalena) 5(9) : 112-135.

2011. “Learning to read ? Hermeneutic generosity and productive misreadings : A response to Anthony Carter”, Journal of the Royal Anthropological Institute 17(4) : 877- 880.

2010. “To fairly tell : Social mobility, life histories, and the anthropologist”, Compare : A Journal of Comparative and International Education 40(2) : 199-212. Numéro spécial sur ‘Éducation, migration et mobilité sociales’.

2009. “Anthropologists and the study of formal education : Nationalism, school curriculum and human development”, Indian Journal of Human Development Jan.-June 3(1) : 143-154.

2008. “‘Globalization’ and regional(ist) cinema in western India : Public culture, private media, and the reincarnation of a Hindu national(ist) hero, 1930s-2000s”, South Asian Popular Culture 6(2) October : 83-108.

2006. “Response to Akhil Gupta and Aradhana Sharma on Globalization and Postcolonial States”, Current Anthropology 47(2).

2006. “La producción de la madre India en la escuela : Reconceptualización del género y de los espacios públicos y privados” Revista Colombiana de Antropología 42:55-97.

2005. “L’Inde à l’étranger. Imaginaire, diasporas et nationalités”, L’Homme 173 : 177-186.

2002. “Teaching of history and nation-building”, Economic and Political Weekly 37(47) : 4697-4698.

2002. “Missing indigenous bodies : Educational enterprise and Victorian morality in the mid-nineteenth century Bombay Presidency”, Economic and Political Weekly 37(17) : 1647-1654.

2000. “À demeure en diaspora. Asie du Sud, Europe, États-Unis”, avec J. Assayag, in Intellectuels en diaspora et théories nomades : 15-28.

2000. “Nations, diaspora et area studies : l’Asie du Sud, de la Grande-Bretagne aux États-Unis”, in Intellectuels en diaspora et théories nomades : 131-160.

1999. “Reappropriating colonial documents in Kolhapur (Maharashtra) : Variations on a nationalist theme”, Modern Asian Studies, 33 (4) : 913-950.

1998. “Hinduism today : Inventing a universal religion ?”, South Asia Research, 18(2) : 117-124.

1998. “Régime de scientificité ou ‘régime de vulgarisation’ ? À propos de J. MacClancy & C. McDonaugh, Popularizing Anthropology”, Gradhiva 23, juin : 127-133.

1997. “De l’importance de la relation frère – sœur au Maharashtra (Inde)”, L’Homme 14 : 25-53.

1996. “Les représentations sociales de la dot en Inde”, Cahiers internationaux de sociologie 100 : 125-150.

1995. “Pour une réévaluation anthropologique du prix de la fiancée – Le cas du dyaj maharashtrien”, Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême-Orient 82 : 263 – 286.

Article dans journal sans comité de lecture :

2006. “Nationalizing children in contemporary India : Schooling, bodies and emotions”, South Asia at Yale Newspaper, mai.

Chapitres de livres :

À paraître 2018, « Introduction : Terrains, Engagements citoyens & Co-créations artistiques » in Véronique Bénéï, (dir.), Terrains, Engagements citoyens & Co-créations artistiques, Paris, L’Harmattan, Collection Inter-National.

À paraître 2018, « Looking for Salomé : Imaginaires de l’esclavage, reconstitution historique, et méta-récits socio-raciaux contemporains » in Véronique Bénéï, (dir.), Terrains, Engagements citoyens & Co-créations artistiques, Paris, L’Harmattan, Collection Inter-National.

À paraître 2018. ‘Foreword : “Courage”, “lien social” and “accountability” : Towards an ethical anthropology of the public good’, In Laura Bear & Naynika Mathur (eds), The Public Good : New Directions in the Anthropology of Bureaucracy. London/New York : Berghahn Books.

2018. ‘Reflexiones sobre la importancia de la esclavitud en Santa Marta de los siglos XVI a XIX’, In Jorge Elias Caro & Joaquín Viloria (eds.), Historia de Santa Marta y el Magdalena Grande. Del período Nahuange al siglo XXI. Universidad Sergio Arboleda, Bogota/Santa Marta, pp. 131-163.

2016. “Nationalisme”, in Anthropen. Le dictionnaire francophone d’anthropologie ancré dans le contemporain, Université Laval, Québec, Canada. https://www.anthropen.org/definition/imprimable/79/355/1.

2015. ‘Colonial (and Postcolonial) Education and Language Policies’, In Key concepts in Modern Indian Studies, Rachel Dwyer, Jahnavi Phalkey et alii (eds). New York University Press, New York/ Oxford University Press, New Delhi : 43-46.

2013. "Tras las huellas de esclavitud en Santa Marta : De lo discursivo a lo explícito, o de lo general a lo particular". In Jorge Elias Caro & Christian Cwik (eds.), Esclavitud y raices afrocaribeñas en la Provincia de Santa Marta. Santa Marta, Presses de l’Université du Magdalena, Colombie.

2013. ‘Producing good citizens : Languages, bodies, emotions’, in Sian Lazar (ed.), The Anthropology of Citizenship : A Reader. London/New York, Wiley-Blackwell, pp. 120-138.

2012. “Sentidos modernos : A propósito de seres, ciudadanos, nacionalidades, y subjetos.” In Saurabh Dube (ed), Otras modernidades. México : El Colegio de México. (Traduction à l’espagnol de 48.).

2011. ‘Modern Senses : Of selves, citizens, nationals, and educated subjects’. In Saurabh Dube & Ishita Banerjee-Dube (eds) : Modern Makeovers. Oxford University Press : 270-282.

2010. ‘The predicament of embodied nationalisms and educational subjects’. In Bradley A.U. Levinson and Mica Pollock (eds), Companion to the Anthropology of Education, Wiley-Blackwell Series, Wiley-Blackwell : 265-279.

2008. “Nacionalizando a los niños : género y modernidad en las escuelas en la India contemporánea”, in Peter Wade, Fernando Urrea Giraldo & Mara Viveros Vigoya (eds), Raza, etnicidad y sexualidades : Ciudadanía y multiculturalismo en América latina. Universidad Nacional de Colombia, Facultad de Ciencias Humanas, Instituto CES, Escuela de Estudios de Género, Bogotá ; Universidad del Valle, Cali ; Universidad del Estado de Río de Janeiro : 431-457.

2005. “Of languages, passions and interests : Education, regionalism and globalization in Maharashtra, 1800-2000” in Jackie Assayag & Chris Fuller (dir.), Globalizing India : locality, nation and the world. Londres, Anthem Press : 141-162.

2005. “Introduction. Manufacturing citizenship : Confronting public spheres and education in contemporary worlds”, in Veronique Benei (dir.), Education and nationalism in Europe, South Asia, and China : Manufacturing citizenship. Londres, Routledge : 1-34.

2005. “Serving the nation : gender and family values in military schools” in Patricia Jeffery & Radhika Chopra (dir.), Values and education. New Delhi, Sage : 141-159.

2005. “Introduction”, in Remapping knowledge : The making of South Asian studies in India, Europe and America (19th-20th centuries), J. Assayag and V. Bénéï (dir.), co-écrit. New Delhi, Three Essays : 1-8.

2005. “Nations, diaspora and area studies : South Asia, from Great-Britain to the United States”, in Remapping knowledge : The making of South Asian studies in India, Europe and America (19th-20th centuries) : 40-69.

2003/2004. “At home in diaspora. South Asia, Europe, and America”, in At home in diaspora. South Asian scholars and the West, J. Assayag & V. Bénéï (dir.), co-écrit : 1-27.

2000/2001. “Teaching Nationalism in Maharashtra Schools”, in The Everyday State and Modern Society in India, C.J. Fuller and V. Benei (dir.) : 194-221.

1999. “Let the Gazetteers burn ! Scholars, local politics and the nationalist debate in the Kolhapur District controversy”, in The Resources of History : Tradition, Narration and Nation in South Asia, J. Assayag (dir.), Paris/Pondichéry, EFEO/IFP, Études thématiques 8 : 309-323.

1999. “Changing house and social representations”, in Home, family and kinship in Maharashtra, I. Glushkova & R. Vora (dir.). Delhi, Oxford University Press : 128-157.

1997. “Education, industrialization and socio-economic development : Some reflections for further sociological research in Western India”, in Industrial Decentralization and Urban Development, V. Bénéï & L. Kennedy (dir.). Pondy Papers in Social Sciences 23 : 101-108.

Recensions de livres :

2014. Jacqueline Waldren & Ignacy-Marek Kaminski (eds), Learning from the Children : Childhood, Culture and Identity in a Changing World. Oxford : Berghahn Books, New Directions in Anthropology, Vol. 35, 2012. In Journal of the Royal Anthropological Institute ; June.

2013. Craig Jeffrey, Timepass : Youth, Class, and the Politics of Waiting in India, Stanford : Stanford University Press, 2010, 221p. In South Asia Multidisciplinary Academic Journal.

2009. Virmani, Arundhati, A national flag for India : Rituals, nationalism, and the politics of sentiment, New Delhi : Permanent Black, 2008, 356p. In Annales Histoire, Economie, Société 6.

2009. Sam Kaplan, The Pedagogical State : Education and the politics of national culture in post-1980 Turkey, Stanford, Stanford University Press, 2006, 254p. In PoLar (Political and Legal Anthropology Review) 32(1) : 504-509.

2005. Gyanendra Pandey & Peter Geschiere (dir.), The forging of nationhood, Delhi, Manohar, 2003, 303p., in Annales HSS 2 (mars-avril) : 379-380.

2004. Jean-Luc Racine (dir.), La question identitaire en Asie du Sud. Paris, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Purushartha 22, 2001, 405 p., in Journal of the Royal Anthropological Institute, décembre, Vol 10(4).

2004. Le Thahn Koi, Éducation et civilisations : Genèse du monde contemporain, Paris, UNESCO/ Bruno Leprince, 2001, 734 p., in Compare. A journal of comparative education 34(2) : 251-253.

2004. Sandhya Shukla, India Abroad. Diasporic cultures of postwar America and England, Princeton University Press, 2003, 322 p., in Anthropological Quaterly : 389-394.

2003. Jackie Assayag, L’Inde. Désir de nation. Paris, Odile Jacob, 2001. 347 p., in Journal of Asian Studies : 1265-1267.

2002. Patricia Jeffery & Amrita Basu (dir.), Appropriating gender. Women’s activism and politicized religion in South Asia. New York/Londres, Routledge, 1998. 276 p. in Annales HSS 4 (juillet-Aug.) : 1138-1140.

2001. Lynn Zastoupil & Martin Moir (dir.), The Great Indian Education Debate. Documents relating to the Orientalist-Anglicist Controversy, 1781-1843, Londres, Curzon Press, 1999, in South Asia Research 21(2) : 219-221.

2001. Inderpal Grewal, Home and Harem. Nation, Gender, Empire, and the Cultures of Travel, Londres, Leicester University Press, 1996, in L’Homme (157) : 307-308.

2001. Sumathi Ramaswamy, Passions of the Tongue : Language Devotion in Tamil India, 1891-1970. Berkeley/Londres, University of California Press, 1997, in L’Homme (157) : 313-314.

2001. Patricia Jeffery & Amrita Basu (dir.), Appropriating Gender. Women’s Activism and Politicized Religion in South Asia. New York/Londres, Routledge, 1998, in L’Homme (157) : 309-312.

2001. Teresa Hubel, Whose India ? The Independence Struggle in British and Indian Fiction and History. Londres, Leicester University Press, 1996, in L’Homme (157) : 306-307.

2000. Peter Van der Veer & Hartmut Lehmann (dir.), Nation and Religion : Perspectives on Europe and Asia, Princeton, Princeton University Press, 1999, in The Journal of the Royal Anthropological Institute 6(2) : 359-360.

1998. Nigel Crook (dir.), The Transmission of Knowledge in South Asia : Essays in Education, Religion, History and Politics, Delhi, Oxford University Press, 1996, in L’Homme 146 : 293-295.

1997. Anjali Bagwe, Of Woman Caste : The Experience of Gender in Rural India. Londres, Zed Books, 1995, in Bulletin de l’Ecole Française d’Extrême-Orient 84 : 26-9.


Habilitation à diriger des recherches
 :

2007. Les passions, l’école et la citoyenneté : Une anthropologie politique et historique de la nation en Inde. 138 pp. plus 4 volumes. Directrice d’habilitation : Florence Weber (Ecole Normale Supérieure). Autres membres du jury : Chris Fuller (LSE), Thomas Hansen (Universités de Stanford et de Yale), Marc Abélès (EHESS et CNRS), Jacques Pouchepadass (CNRS), et Rémy Ponton (Paris 8).