Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > Vie doctorale > B. Productions et activités > Thèses soutenues

Parfait Dtematio Akana - Une ethnographie de la folie à Yaoundé : la rue, le politique et la clinique

par Chrystèle Guilloteau - publié le

Résumé

Ce travail propose une ethnographie de la folie à Yaoundé dont la perspective est celle d’une sociologie phénoménologique. Plus simplement, il décrit les médiations, les modalités et l’opérativité de la réalité sociale qu’est la folie ; il essaye de débusquer et de rendre compte de « l’intelligibilité pratique » des actes et des discours produits par les acteurs, à différents niveaux, au sujet de ce phénomène. L’entrée se fait à partir d’une articulation de trois principaux points, tous intimement liés à savoir : la « rue », la clinique et le politique. Ils suggèrent non seulement les scènes, notamment dans l’espace public, où se manifeste le phénomène de la folie par exemple par des pratiques de dénudation, d’exposition corporelle sur des modes obscènes et dégradants, de copulation publique et de viols (notamment en lien avec les économies occultes. . . ), mais aussi les discours qui se saisissent de ce dernier et exemplifient les différents modes de connaissance des « membres », dans une large configuration qui intègre à la fois cette catégorie qu’on désigne, pour des besoins de commodité, « l’homme de la rue », et les acteurs politiques institutionnels. Sont également décrites et analysées quelques-unes des formes de prises en charge de la folie. De même, n’est pas en reste la façon dont les acteurs sont confrontés au modèle biomédical en vigueur, non seulement en lui résistant, ou en s’en accommodant, mais aussi en faisant, dans une configuration complexe où les connaissances locales semblent emporter la mise, recours aux ethnomédecines et à toutes sortes de thérapies religieuses face à un Etat dont le mode de saisie des problèmes de santé mentale repose en très grande partie sur des politiques d’inimitié et d’indifférence.

Sous la direction de Daniel Friedmann.

Soutenue en 2013

à Paris, EHESS