Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > Vie doctorale > B. Productions et activités > Thèses soutenues

Giulia Scalettaris - La fabrique du gouvernement international des réfugiés : bureaugraphie du HCR dans la crise afghane

par Chrystèle Guilloteau - publié le

Résumé

Ce travail analyse l’intervention du Haut Commissariat des nations Unies pour les Réfugiés dans le cadre de la crise afghane, afin d’interroger la manière dont cet organisme exerce son autorité et la portée de son action. La thèse s’appuie sur une enquête menée dans l’organisation, dans les bureaux de Genève et kaboul, entre 2006 et 2008. Le HCR est abordé en tant qu’instance politique à travers une approche à la fois empirique et englobante du pouvoir. L’analyse se déploie en partenariat d’un projet novateur qui tâche de valoriser la mobilité comme ressource, remettant ainsi en cause l’"ordre national". Le suivi de ce projet permet d’appréhender le déploiement du HCR et de disséquer son fonctionnement interne, ses agents, les relations mises en place avec ses multiples interlocuteurs ; ainsi que les procédés technocratiques d’intervention. Le HCR apparaît comme un dispositif bureaucratique éclaté et polymorphe, traversé par de nombreuses tensions, et enchâssé dans une topographie de rapports de pouvoir qui le façonnent, tout en contraignant son spectre de possibles. La posture étato-centrée et nationaliste de ce dispositif le conduit à participer à un mécanisme d’emplacement et d’illegalisation des migrants. Paradoxalement, le HCR oeuvre à instaurer l’ordre même qui, sédentaire et centré sur l’Etat-nation, est à l’origine du "problème" que l’agence a pour mission de résoudre, et duquel découlent son existence et sa légitimité. La source principale dans laquelle le HCR puise son autorité est l’expertise, qui consigne dans la maîtrise de procédés juridico-administratifs et dans la production de savoirs en matière de migrations.

Sous la direction de Michel Agier.

Soutenue en 2013

à Paris, EHESS .