Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > Vie doctorale > B. Productions et activités > Thèses soutenues

Christine Reynaud-Bertrand - Le Carcéral : désir d’humanité et changement révolutionnaire : la prison des Archives Parlementaires et des archives du département du Nord (1789-1799)

par Chrystèle Guilloteau - publié le

Résumé

Pourquoi la prison est-elle une des parts d’ombre de nos démocraties ? Cette thèse éclaire les logiques de fabrique de l’institution, productrice d’une relation de pouvoir asymétrique et de souffrance pour les prisonniers, par une étude des prisons durant la Révolution. Cette période montre cet enjeu politique, car elle hérite de tendances philanthropiques, renouvelle le désir d’humanité et élabore différents modèles républicains. Le carcéral, le « vécu de la clôture, de la contrainte et de l’exclusion, pour le prisonnier et par le geôlier, au travers de la relation de pouvoir qui les rassemble », est une structure instable, objet de constructions sociales. Afin de comprendre comment les pratiques et les discours le façonnent, la recherche est orientée vers l’histoire des émotions et utilise un jeu d’échelles. Trois parties déploient cette perspective à partir des Archives Parlementaires et des archives administratives départementales et municipales du Nord. La première restitue le prisme des approches de la prison par les réformateurs sous la Constituante ; entre rapports nouveaux à la loi, subversion de l’institution et usages d’ordre social, les contradictions habitent le projet d’humanisation de la pénalité. La seconde explore les variations des sensibilités républicaines à l’égard de l’état des prisons et des prisonniers ; elle met en valeur la sensibilité singulière de la séquence de l’an II. Enfin, en se tenant au plus près des prisonniers et des concierges, il s’agit de comprendre par quelles chaînes de causalité concrètes et à travers quels processus mentaux de légitimation s’installent des régimes non-républicains au cœur d’un régime « libéral » d’enfermement.

Sous la direction de Sophie Wahnich.

Soutenue en 2016

à Paris, EHESS

Le président du jury : Didier Fassin.

Le jury : Sophie Wahnich, Didier Fassin, Colin Jones, Martine Kaluszynski, Valérie Sottocasa.