Accueil > Centre Edgar-Morin > Cellule audio/vidéo > Actions de formation

Atelier d’ethnographie visuelle - Quatrième session

par A. Paouri - publié le

Scènes de ville à Paris : ethnographie visuelle des interactions urbaines
https://enseignements-2017.ehess.fr/2017/ue/2359/

Nous souhaitons cette année porter notre attention sur ces sociabilités urbaines qui manifestent toutes les dimensions de l’interaction sociale, des formes urbaines d’appartenances sociales tout en articulant celles-ci aux les différents étages plus vastes des identités sociales nationales et internationales dans lesquelles elles s’insère. Comme l’a fait naguère Jean Rouch à la recherche des tribus parisiennes, cette ethnographie urbaine invite à exercer un regard curieux sur les modes quotidiens d’actualisation collective des relations sociales urbaines propre à Paris et à ses banlieues.

Modèle aujourd’hui dominant des regroupements humains la ville apparaît comme un phénomène banal. De ce phénomène urbain, les sciences sociales en ont fait un objet planétaire qui s’oppose partout aux modes anciens d’existence collectives ; son développement est désormais l’indicateur central d’une modernité qui, à travers elle, standardise les comportements sociaux, uniformise les valeurs et les pratiques sociales. Les sociabilités urbaines offre cependant, partout, un grand potentiel d’invention de figures originales d’interaction humaine. Au-delà des formes de vie qu’autorisent la massification, l’anonymat et le relâchement supposé des contrôles sociaux un regard décentré permet d’appréhender des sociétés urbaines en train de se faire, de s’inventer dans le quotidien des relations citadines. Des groupes urbains s’inscrivent dans l’espace de la ville et dans le temps de la nécessité de la vie collective. Paris et ses banlieues, espaces urbains s’il en est, présentent de multiples manières de faire ensemble, de composer des identités sociales ; s’y dessinent en effet des reflets d’identités locales et sociales, inscrites dans des traditions ou « avant-garde » de formes d’association à venir, de rapports sociaux affranchis ou attachés à des inscriptions spatiales, à des régimes d’individualité aux échelles variées et/ou contradictoires, à des cohabitations inédites, à des imaginaires fabuleux et à des usages de lieux, de réseaux et de technologies. Dans ces scènes de ville, se découvrent des couches déposées par l’itinéraire historique d’une grande métropole européenne ouverte au monde.

L’atelier (sur inscription) se déroulera les 2e jeudi du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris).
Les inscriptions seront ouvertes jusqu’au 10 janvier 2018. Le dossier est composé d’un court CV et d’une note d’intention à envoyer à : arghyro.paouri(..at..)cnrs.fr

La séance de restitution (visionnage des films produits, discussion, validation) aura lieu le mardi 29 mai 2018,

de 15h à 17h30,

Salle BS1_28 au sous sol du 54 bd Raspail, 75006 Paris

Cette séance sera consacrée à la projection des films d’étudiants réalisés lors des ateliers d’ethnographie visuelle 2018 sur le thème Scènes de ville :

Jouer en ville, 5 min. 34, de Samuel Labbé et Jeanne Mille
Cordes urbaines, 8 min. 25, de Jean-Pierre Colas et Elsa Pagès
Une ville sans histoire(s), 5 min. 13, de Marine Duros et Sébastien Zerilli
Fenêtre(s) urbaines, 10 min., de Shadi Abu Fakher, Yohana Benattar, Charlotte Gregoreski, Lucile Irigoyen
Aguanilé, 7 min., de Carmen Perianes et Léo Kyriakopoulos

en présence de
Sophie Wahnich, directrice du IIAC
Frédérique Berthet, Maîtresse de conférences, UFR LAC, Université Paris Diderot-Paris 7
Marc-François Deligne, vidéaste
Thomas Guiffard, service communication UPS 2776, CNRS-Pouchet

et l’équipe de l’atelier : Jean-Bernard Ouédraogo, Arghyro Paouri, Jacques Lombard

Elle sera suivie d’une discussion sur la façon dont chaque groupe a construit la note d’intention de son film au cours des repérages pour saisir une dimension particulière du terrain et comment celle-ci a évolué au cours de la prise de vues et du montage.