Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Activités scientifiques > Séminaires et enseignements de l’IIAC 2016-2017

Agriculteurs, sols et semences dans la globalisation

par Chrystèle Guilloteau - publié le

PROGRAMME COMPLET

Agriculteurs, sols et semences dans la globalisation

Birgit Müller, directrice de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )

1er, 3e et 5e lundis du mois de 11 h à 13 h (salle 587, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 7 novembre 2016 au 29 mai 2017

Les pratiques agricoles attirent l’attention des décideurs politiques à l’échelle nationale et internationale, mobilisent les écologistes et alimentent des batailles idéologiques sur les sites web des entreprises agrochimiques et des organisations internationales. La culture des OGM, les bio-carburants, et les processus de standardisation sont l’objet d’une « guerre technologique » au sein de l’agronomie et dans les sciences sociales. Dans les débats sur l’avenir des mondes agricoles nous observons une transformation : les questions concernent moins l’expansion agricole et les droits fonciers, mais demandent quoi et comment cultiver, comment gérer la fertilité des sols et conserver l’autonomie sur les semences. L’agronomie devient politique : Lors d’une conjoncture historique dans laquelle les petits agriculteurs à travers le monde sont confrontés à de multiples vecteurs de dépossession, les stratégies de débrouillardise et de contestation redécouvrent l’expérimentation avec des pratiques alternatives de culture, la fertilisation organique des sol et l’échange des semences, et sur le plan social des services et des informations.

Le séminaire mettra le focus cette année sur les formes de coopération parmi les agriculteurs, mais aussi entre agriculteurs, consommateurs et citoyens. Nous regarderons aussi bien les coopératives de production et de service, que les fonds de commercialisation et les réseaux de circuits courts, et les banques et les réseaux d’échange de semences. Comment ces formes de coopération institutionnalisées et informelles s’inscrivent-t-elles dans les programmes gouvernementaux, les projets de développement et les contrats avec firmes du secteur privé ?