Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Activités scientifiques > Séminaires et enseignements de l’IIAC 2016-2017

Anthropologie générale et philosophie

par Chrystèle Guilloteau - publié le

PROGRAMME 2016-2017

Anthropologie générale et philosophie

François Dingremont, résident à l’Institut d’études avancées de Nantes ( Hors EHESS )
François Flahault, directeur de recherche émérite au CNRS (*) (TH) ( CRAL-CEHTA )
Jean Jamin, directeur d’études de l’EHESS (*) (TH) ( IIAC-LAHIC )

Cet enseignant est référent pour cette UE
Lorenzo Vinciguerra, professeur à l’Université d’Amiens (TH) ( Hors EHESS )

S’il s’agit de l’enseignement principal d’un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e mardis du mois de 17 h à 19 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2016 au 6 juin 2017. La séance du 6 juin 2017 se déroulera en salle 4. Pas de séance le 3 janvier

Cette année, la plupart des douze séances seront assurées par François Flahault, avec la participation de Lorenzo Vinciguerra. Il s’agira de donner une vue d’ensemble de l’anthropologie générale sur laquelle débouchent les recherches poursuivies depuis des années. Parmi les questions qui seront abordées :

Quelles différences entre le conatus spinoziste et le désir d’exister tel que les connaissances actuelles permettent de le penser ?

Comment se présente la question de l’être (et du néant) dans une approche non dualiste et empirique ?

Intégration et discordances entre niveaux d’organisation (biologiques, sociaux) : quelles en sont les conséquences sur la condition humaine en termes de plaisir et de douleur, de bien et de mal ?

Dans quelle mesure notre naturalisme reste-t-il marqué par le fait qu’il s’est développé au sein d’une culture occidentale largement dualiste ?

L’accent mis aujourd’hui sur le désir de reconnaissance et l’altruisme rompt-il avec la conception occidentale de l’individu ou en est-il un prolongement ?

Faut-il concevoir l’Homo sapiens comme un primate doué de capacités cognitives supérieures et de conscience ? Ou bien la vie sociale et la culture, au-delà de leur rôle utilitaire, sont-elles également constitutives de l’être humain ? Si oui, quelles fonctions remplissent les cultures humaines ? Et quelle est la place de l’économie dans la société ?

15 novembre
6 décembre
15 décembre
17 janvier
7 février
21 février
7 mars
21 mars
18 avril : François Dingremont, Récits de maîtrise et de non maîtrise en Grèce ancienne
2 mai
16 mai
6 juin

Qu’est-ce que l’homme ? On aime à croire que, pour l’essentiel, on sait aujourd’hui à quoi s’en tenir. Confortable et paresseuse, cette présomption constitue un obstacle majeur au progrès dans les sciences humaines et la philosophie.

L’anthropologie générale doit rester un chantier ouvert. Il est nécessaire d’expliciter les présupposés qui sous-tendent la conception occidentale de l’être humain et de la confronter aux conceptions que d’autres cultures ont élaborées (conceptions qui, possiblement, mettent le doigt sur des aspects de la condition humaine que nous sous-estimons). Il est également nécessaire de confronter ces présupposés aux connaissances nouvelles qui conduisent aujourd’hui à des révisions considérables, provenant aussi